Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

L’EUTHANASIE DANS L'HINDOUISME : LES ANCIENS HINDOUS L'AVAIENT PRATIQUÉE



Le dictionnaire Oxford donne la signification de l'euthanasie comme le meurtre indolore d'un patient souffrant d'une maladie incurable et douloureuse ou dans un coma irréversible. Les anciens hindous avaient pratiqué l'euthanasie et même aujourd'hui, beaucoup ont réalisé que les hindous la pratiquaient sans faire d'histoires. Vous trouverez des hindous qui se sont retirés dans l'Himalaya et dans la forêt dense à cet effet, mais ils n'en font pas la publicité. L'euthanasie dans l'hindouisme doit être interprétée à deux niveaux.


Quatre étapes de la vie dans l'hindouisme

Brahmacharya
Grihastha
Vanaprastha
Sanyasa

L'euthanasie dans l'hindouisme - les anciens hindous l'avaient pratiquée

Quand un hindou donne-t-il volontairement la vie

Dans le Sanatana Dharma (hindouisme), lorsqu'une personne en bonne santé sent que la personne en a fini avec le but de la vie en société, elle entre dans une forêt ou une zone isolée pour lâcher son corps. Ceci est connu sous le nom de Vanaprastha.

Vanaprastha était pratiqué par les Pandavas, Dhritarashtra, Kunti, Gandhari et Vidura dans le Mahabharata.

Bhagavan Sri Ram et Lakshman avaient exécuté Jal Samadhi (la mort par l'eau) quand ils se sont rendu compte que le but de leur avatar était accompli et qu'ils n'avaient plus aucun rôle dans la société.

Sanatana Dharma croit fermement que comme on a le droit de déterminer le cours de la vie, on a le droit de déterminer sa sortie.

Sanatana Dharma ne soutient pas l'évasion

N'assimilez pas cela au suicide. Arjuna dans le Mahabharata était sur le point de s'enfuir ou de se suicider. Mais Bhagavan Krishna lui a rappelé ses responsabilités.

Vanaprastha et Sanyasa Ashrama dans le Sanatana Dharma ne devraient pas être employés pour fuir les problèmes de la vie. Mettre fin à la vie à cause d'une douleur physique temporaire n'est pas conseillé dans le Sanatana Dharma.

Euthanasie lorsque le corps ne fonctionne plus

Tous les êtres vivants sont Kshetra (temple) dans lequel réside Bhagavan. C'est à nous de nous assurer que ce corps est en bonne santé.

Mais pour une raison quelconque, notre corps devient totalement sans valeur, alors il ne sert à rien d'étirer la souffrance.

Dans de tels cas rares, la personne a le droit de demander la fin de la vie.

Bhishma Pitamaha qui a été blessé sur le champ de bataille a choisi de mettre fin à sa vie. Pandavas et Sri Krishna ont été témoins et ont aidé Bhishma Pitamaha à quitter le monde dans la dignité.

De nombreux soldats qui ont été mortellement blessés dans les guerres ont été autorisés à mettre fin à leurs jours.

Selon Sanatana Dharma, la mort n'est pas la fin. C'est juste une transformation. Le corps jette une forme pour en prendre une autre.

Le cycle de la vie continue. Il n'y a pas de fin.

L'attachement moderne au corps

Aujourd'hui, il y a trop d'attachement au corps. Nous voulons prolonger notre vie. La nature se désintéresse du corps humain après un certain âge. La nature veut toujours ce qui est frais, jeune et vigoureux. La nature se préoccupe davantage de la procréation. Tout dans la nature subit une transformation. Les vieilles feuilles cèdent la place aux feuilles vertes fraîches.

Prolonger la vie sans but

Mais nous, les humains, avons interféré avec la nature. Nous essayons de prolonger notre séjour sur terre même après la date d'expiration. Nous savons tous ce qui se passe lorsque nous utilisons un produit dont la date de péremption est dépassée.

L'industrie médicale prospère en prolongeant la vie. Ils veulent tirer le maximum de profit d'une personne aisée. Ils transforment l'individu en état végétatif. La personne continue de pomper de l'argent pour rester en vie comme légume.

Ceux qui ne peuvent pas se permettre le traitement coûteux sont expulsés sans merci des hôpitaux ou ignorés. Cela montre clairement que c'est l'argent qui maintient une personne en vie. Si la même personne n'a pas d'argent, elle sera commodément ignorée par les hôpitaux, la société et même par les membres de la famille et les proches.

Ne tombez pas dans le piège de l'industrie médicale. Lisez les Écritures, comprenez-les et pratiquez le détachement. Menez une vie saine et naturelle et quand il est temps de partir, allez-y avec audace avec le sourire. Donnez une fin digne au corps - qui n'est qu'une demeure temporaire.

L'euthanasie dans l'hindouisme

Selon l'hindouisme, une personne peut pratiquer l'euthanasie si elle estime que le but de la vie est accompli. C'est la décision d'un individu. La personne ne doit pas prendre l'aide d'une autre personne pour de telles questions. C'est une décision personnelle. Éloignez-vous de la société sans publicité.

Fuir la vie et les problèmes de la vie n'est pas acceptable dans l'hindouisme. Cela a été condamné à Gita par Sri Krishna. L'euthanasie ne doit pas être utilisée à cette fin.

Une personne souffrant d'une maladie incurable et douloureuse ou dans un coma irréversible devrait être autorisée à mettre fin au corps avec dignité. L'âme de la personne est piégée dans le corps douloureux et elle a besoin d'une libération pour qu'elle puisse prendre une nouvelle forme.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.



Suite à la recrudescence du Covid-19 à la Réunion, l'ensemble des festivités religieuses sont annulées par prudence. Nous n'avons malheureusement pas connaissance des festivités maintenue, par conséquent nous ne pouvons pas vous donner l'agenda.