Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

L'AVORTEMENT DANS L'HINDOUISME ANCIEN



Garbhasrava signifie l'avortement dans l'hindouisme ancien. Le terme garbha désigne un fœtus et un embryon. Garbhavicyutih fait référence à l'avortement au début de la grossesse et grabhasrava fait référence à l'avortement ou à la fausse couche. Garbhasakhu fait référence à un roi d'instrument utilisé pour extraire le fœtus mort.


La tradition hindoue considère la progéniture comme le devoir d'un grihastha. C'est une croyance conventionnelle que la maternité confère un statut à une femme. Une femme incapable de concevoir était considérée comme malheureuse et de mauvais augure. L'avortement était donc considéré comme une infraction très grave (atipatakadosha).

Dans l'hindouisme ancien, une femme mariée pouvait être exclue de ses devoirs rituels et de son autorité conséquente à la maison si elle recourait à l'avortement.

Les cas d'avortement ont rarement été enregistrés dans la tradition hindoue.

La société hindoue s'est opposée à l'avortement pour des motifs moraux, religieux, éthiques et juridiques. L'avortement provoqué a été méprisé et même interdit par Dharmashastras en l'énumérant avec des péchés impardonnables et graves.

Il existe de nombreuses histoires dans la tradition hindoue dans lesquelles les femmes qui ont conçu en dehors du mariage n'interrompent pas mais accouchent. Cela comprend la naissance de Shakuntala et Karna dans le Mahabharata et de nombreuses autres naissances par Apsaras.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.



Votre agenda sera prochainement disponible. Pour rappel, jusqu'au 02 juin 2020 il est strictement interdit les cérémonies religieuses qui découle d'une procession. Le nombre de personnes doit pas dépasser 10 au sein du lieu de culte.