Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

INDE : EN SOUVENIR DU CONFINEMENT, ELLE APPELLE SES JUMEAUX COVID ET CORONA



Preeti Verma, Indienne de 27 ans, a accouché de jumeaux à l’hôpital gouvernemental de Raipur (Inde), dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 mars 2020. Elle et son compagnon ont décidé de les prénommer Covid et Corona, en mémoire du confinement généralisé dans leur pays afin de lutter contre la propagation du coronavirus.


INDE : EN SOUVENIR DU CONFINEMENT, ELLE APPELLE SES JUMEAUX COVID ET CORONA
Dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 mars 2020, Preeti Verma, indienne âgée de 27 ans, a donné naissance à des jumeaux. En cette période confinement, généralisé dans la majorité des pays du monde, dont l’Inde, afin de lutter contre la propagation du virus Covid-19, elle a pris une décision pour le moins surprenante.

La jeune maman a appelé ses jumeaux Covid, pour son garçon, et Corona, pour sa fille.

« Mon mari et moi voulions rendre la journée mémorable, explique Preeti Verma au journal The Hindu . Nous avons eu tellement de mal à accoucher ici. »

Des prénoms modifiés, ultérieurement ?

La jeune maman explique que se rendre à l’hôpital gouvernemental de Raipur a été très difficile, en raison du confinement et des multiples contrôles de police.

« Il était minuit, j’ai eu très peur que l’hôpital refuse mon admission, rajoute-t-elle. Heureusement, les médecins et le personnel ont été très coopératifs », rapportent nos confrères de La Voix du Nord . L’accouchement, d’une durée de quarante-cinq minutes, a nécessité une césarienne.

Estimant que l’épidémie a « incité les gens à se concentrer sur l’assainissement, l’hygiène et à prendre d’autres bonnes habitudes », Preeti Verma ne voit rien de préjudiciable à ce que ses enfants portent de tels noms.

C’est aussi, pour son couple, une façon de « se souvenir » des épreuves qu’ils ont surmonté pour atteindre l’hôpital.

Toutefois, le couple reste ouvert à la possibilité de changer leurs noms, ultérieurement.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.