Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

SCIENCE DERRIÈRE LE RITUEL DE LA MARCHE SUR LE FEU



Beaucoup de dévots qui participent au rituel de marche du feu hindou ne sont pas brûlés. Il existe également une croyance populaire selon laquelle ceux qui sont bénis par Amman ne souffriront pas de brûlures. Mais dans les cas normaux, si une personne marche sur le feu, elle subira des brûlures. Alors, qu'est-ce qui sauve ces passionnés d’Amman ?


Le charbon de bois a moins de capacité thermique. Cela signifie que moins de chaleur est transférée aux pieds lorsque vous marchez sur le feu.

La période de contact entre le charbon en combustion et les pieds est de très courte durée. Beaucoup de gens marchent vite.

Le lit de charbon en combustion est différent d’une tôle et il existe de nombreux pores ou zones vacantes dans un lit de charbon.

Le lit de charbon en combustion n’est pas une surface dure comme une plaque de métal ou une route, car une personne se déplace alors que le charbon se déplace.

Les cendres du charbon servent d'isolant. La couche épaisse de cendres sur le lit de charbon est souvent cachée lorsque le rituel est effectué la nuit. Le même lit de charbon en combustion, lorsqu'il est vu le jour, montrera clairement une couche de cendres.

Beaucoup de gens croient que tout l'exercice de marche sur le feu est dans l'esprit. La concentration et le courage sont les deux aspects importants qui aident une personne à sortir indemne du rituel du feu.

Il faut noter que plusieurs personnes sont brûlées lors du rituel de marche du feu et qu'il vaut mieux ne pas les pratiquer
La marche sur le feu est un rituel important pratiqué par certaines couches de la société hindoue. Le rituel consiste à marcher sur un lit de braises. Le rituel est connu sous le nom de thimithi et est principalement pratiqué par des hindous en Inde du Sud, à Singapour, au Sri Lanka, en Malaisie et en Afrique du Sud. Le rituel est principalement consacré à ‘Amman’, importante divinité féminine associée au culte de la shakti dans les cultures de l’Inde du Sud et des Tamouls.

Le rituel de marche sur le feu est un acte d'auto-purification. Pour certains dévots, cela fait partie d'un vœu dans lequel il promet de marcher sur le feu en échange d'un vœu ou d'une bénédiction accordé par Amman. Les fidèles croient que s’ils sont bénis par Amman, ils en sortiront indemnes. La marche sur le feu fait également partie du rituel de danse Theyyam dans le nord du Kerala.

Fait intéressant, dans certaines régions, Thimethippu ou Thimeethi (marche sur le feu) est désigné par Poo Methippu ou Pomethipu (marche des fleurs). Le nom doit à la couleur orange du charbon, qui ressemble à des fleurs. Le rituel est principalement effectué par des hommes. Certains hommes portent leurs enfants sur leurs épaules dans le cadre du rituel.

Le rituel de marche sur le feu est principalement consacré à Draupadi Amman du Mahabharata et à de nombreuses autres divinités villageoises découvertes dans le sud de l’Inde et qui sont directement ou indirectement liées au culte de la Shakti. La légende veut que Draupadi, à la fin de la guerre du Mahabharata, après avoir assisté à la destruction totale de Kauravas, décide de marcher sur le feu pour prouver son adhésion au Dharma.

Il faut noter ici que ce mythe associé à Draupadi n’est pas très populaire dans l’hindouisme. Mais la marche du feu et la purification à travers Agni (feu) ou test d’Agni sont mentionnés dans plusieurs écritures hindoues et le plus populaire est le "agni pariksha" entrepris par Sita à Ramayana après que Lord Ram l’a sauvée de Lanka.

La marche sur le feu fait également partie du rituel Theyyam dans le nord du Kerala. Dans la danse Theyyam, le danseur porte des mèches brûlantes autour de la taille et lors de certains rituels, il marche dans le feu en portant les mèches autour de la taille. Dans le rituel Uccitta associé à Theyyam, la danseuse saute dans le feu et s'assied dans le feu, symbolisant Sati qui s'est immolée pendant Daksha Yaga.

Les rituels de marche sur le feu tenus au temple hindou Sri Mariamman du temple Bannari Amman au Tamil Nadu attirent beaucoup d'attention des médias. De nombreuses personnes ont également élevé la voix contre le rituel du feu, affirmant qu’il est dangereux et devrait être autorisé dans une société moderne. Mais le rituel est toujours pratiqué dans les petits villages, les villes et les villes.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.