Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

LIBÉR NOUT KOYLOU TI-BAZAR : LE 20 DÉSANM 2019 À 9H00



Les fidèles du Temple Ti Bazar de Saint-André, qui pointe du doigt le comité actuel du Temple dû à leurs divers actes (licenciement du Swami, fidèles interdits d'accès, gestion familiale etc.) qui a créé le mécontentement des fidèles dont nous avons pu vous faire part sur notre site, a décidé de créer un rassemblement devant le Temple contre le bureau ce vendredi 20 décembre 2019 à 09h00.


Un rassemble pour défendre le Kôvil 

Les pénitents du Temple Ti Bazar à Saint-André ont décidé créent un rassemblement devant le Kôvil ce dimanche 20 décembre 2020, date clé pour venir montrer son mécontentement devant le Bureau associatif actuel du Temple et invite un maximum de fidèles à rejoindre ce mouvement pour sauver la vie du Temple.

Les fidèles demandent la transparence du Temple, un Temple libre d'accès et ouvert à tous.

Une assemblée démocratique, où une majorité de fidèles peuvent participer à la vie du Temple, puisque qu'actuellement l'Association est gérée familialement or qu'il s'agit d'un Temple Public et non familial.

Une requête de respect de tous les fidèles ainsi donc que l’ouverture du vote démocratique a tous les membres fêteurs qui participent à la grande fête du Cavadee

Quand l'Assemblée se retrouve face à leurs actes...

En vue du rassemblement prévu, le comité du Bureau a décidé de reporter son assemblée générale prévue ce même jour.

Une pétition en ligne pour venir en aide au Prêtre du Temple Ti-Bazar face au bureau associatif 

"21 années déjà qu'il officie dans ce lieu. Depuis plusieurs mois, il subit de la part du président et de son conseil d'administration de l'Association plusieurs agissements injustifiés :

- Des injures

- Des attaques personnelles

- Des actes malveillants

- Des intimidations

- Des diffamations

à ce jour, on le dénigre dans ses fonctions, en faisant appel à un autre prêtre alors qu'il est présent.

MOBILISONS-NOUS !

 une petite signature pour éviter son expulsion.

Collectif de fidèles" . 


Des fidèles dans le pénombre 

C’est la question que se posent depuis plusieurs jours déjà de nombreux fidèles du temple. Il y a même une pétition qui circule depuis le début de la semaine en faveur du swami, le prêtre tamoul qui officie au temple Siva Soupramanien du Petit-Bazar à Saint-André depuis plus de 21 ans.

Selon nos informations, le nouveau bureau souhaiterait se séparer du prêtre suspecté d’avoir “mis la main dans la caisse”. Ce dernier a beau se défendre en prouvant son innocence, il aurait reçu malgré tout un courrier allant dans le sens d’une rupture de ses fonctions.

Depuis, le prêtre s’est mis en arrêt-maladie. L’association présidée par Guillaume Banoubie qui gère le temple a fait venir un prêtre de Saint-Benoit, puis un autre de Saint-Leu pour remplacer actuellement le titulaire du temple du Petit-Bazar afin de procéder aux cérémonies habituelles.

L’affaire pourrait très prochainement se retrouver devant la justice. Les deux parties ont pris un avocat pour se défendre dans ce contentieux.

Les réactions des fidèles 

"Le président y crois la chapel let à li .C vraiment du n importe quoi . Surtout autour du président na moun prend à zot pour le chef . " PS : "Les lieux de culte associatif appartiennent au Domaine Public de l’État." Donc dans ce cas, en aucun cas au président, dont bon nombre croit que...

"Simple, et dévoué, ce prêtre a toujours bien fait son travail et est à l'écoute des fidèles. Peut-être que le problème, pour une fois, ne vient pas du prêtre, qui a déjà fait ses preuves pendant plus de 20 ans, mais du staff : President, bureau et associés ..."

"je soutiens cet homme que je respecte. Aujourd'hui le temple est devenu un temple ultramoderne, donc cet officiant doit être remplacé d'après les dirigeants ! c'est honteux. Messieurs de l'association, après avoir instauré le payement pour pouvoir prier muruga vous vous attaquez à l'officiant. Et ils disent exemplaires et se permettent de donner des leçons de morale. Un jour tout se paye.
Nos ancêtres ont subi l'humiliation, la brutalité de la part de leurs maîtres et aujourd'hui vous vous comportez comme ces maîtres pleins d'argent et de pouvoir ."

"Depuis enfant, j'ai toujours vu se pretre. Il a toujours fait de son mieu pour faire vivre se temple. Ce n'est pas le pretre qu'il faut remolacer mais plutot les personne qui gerent le temple comme une prison...Interdiction d'allumer du camphre, tenues vestimentaire, une énorme porte en bois qu'on voit tres souvant fermé comme si le temple ete une prison. Du grand n'importe quoi."

"Nous devons offrir aux Prêtres Indiens de meilleures conditions d' accueil , un salaire digne , des conditions de vie et de travail conformes au cadre juridique du pays d' accueil . Nous devons en faire des collaborateurs pour développer l' Hindouisme , la Connaissance et rassembler toutes les énergies créatrices , dans la modestie et l' humilité ."

"21 ans que ce prête est dans le temple il a tjr été au service des fidèles . Depuis l’arrivé du nouveau président , celui ci ne cesse d’évincer tout ce qui lui semble mauvais dans ce temple . Le temple est gérer par trois familles . Le statut verrouille les adhésions à l’association au bon vouloir des membres du conseil d’administration . Ils radient également les adhérent qui sont contre leur politique . Alors que dans tout les temples les adhérents sont ceux qui participe aux différentes fêtes ,au temple de petit bazar pour devenir adhérent il faut être approuver par le conseil . Dans ce cas où est la démocratie ? On ne peut pas choisir qui vote ou qui ne vote pas sinon ce n’est plus une démocratie . Ce statut fermé a été combattu pendant des années par le président actuel . Aujourd’hui il est au pouvoir et assoiffé de pouvoir il souhaite que le statut reste le même pour que lui et son clan familiale puisse rester aux manettes pour un temps indéfini

Le président du temple qui souhaite aujourd’hui virer le prêtre à lui même pris ce même prêtre pour la bénédiction de son temple familiale à l’époque où il n’étais pas président . A t’il déclarer a l’ancien conseil d’administration combien avait t’il rémunérer ce dernier ? Comme on dit tortue i voit pas son queue .

Lors de son élection il s’était engagé à construire un nouveau logement pour le prêtre car le logement actuel est réputé comme insalubre . L’électricité la plomberie et les surfaces sont digne des conditions dans lesquelles les engages était traité par les blancs colons .
Nous pouvons aussi rapeler que un permis de construire avait déjà était demander au début de son mandat par un fidèle . Ce permis a été accepté mais le président a finalement refuser de construire la maison . Des pierres et des matériaux avait déjà était donné également pour la construction de la maison ? Ou sont passé ces matériaux ??

Autant de question que des fidèles se posent aujourd’hui la fréquentation du temple ne cesse de diminuer et les trois familles continuent à faire régner la terreur sur le temple . Agression verbale énvers les fidèles , discrimination vestimentaires , surveillance de la foi et l’intimité par l’installation de caméra , exclusion des jeunes présent depuis plus de 10 ans etc

Alors svp ne restez plus derrière votre écran rassemblons nous pour dire non à ce dictateur ."





1.Posté par Tolsy le 18/12/2019 05:16
Bonjours c’est vraiment pathétique de la part de ce président
J’espère que ce swami retrouvera sa place et continuera le plus longtemps possible
C’est trop honteux pour notre religion
Bon courage au swami 🙏🏽

2.Posté par Soundron Jessica le 06/01/2020 18:09
C'est vraiment triste j'ai grandi dans ce temple je mis suis mariée est rien n'a était aussi misérable durant ses nombreuses années quand il n'était pas président il ne prêchait que la bonne parole on lui aurait donner tous respect en voyant tout sa je me dit que notre seigneur divin mourouga es bien peiner par tout sa et encore plus nos anciens présidents de ce temple qui on donné amour et dévotion à cette endroit et à la mission qui leurs avais était donné je suis en regret de dire aujourd'hui que mr Banoubie n'arrive pas a la cheville de nos anciens je suis déçue.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.