Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion et dans le Monde

LE TEMPLE DE STELLA MATUTINA SOUS TENSION : DES FIDÈLES PRIVÉS D’ACCÈS



Déjà plusieurs mois que la Temple de Stella Matutina est privée d'accès à une centaine de fidèles crée l’indignation des fidèles qui ne peuvent plus se ressourcer dans leur lieu de culte fétiche. En cause, la gérance du nouveau bureau associatif, un renouveau s'est installé depuis quelques mois dans la gestion du Temple succédant ainsi à Joseph Janio créent de nombreux conflits. 


L'association du Temple Stella Matutina 

Un Kôvil historique fondé au début de l'engagement, au milieu du XIXème siècle, il accueillait les travailleurs de l'usine de Stella. Dans les années 90, le terrain a été racheté. Pendant plus de 40 années le Temple était présidé et officié par Jacques Dagard, âgé actuellement de 70 ans, celui-ci a décidé de passer la main en 2017.  

Un nouveau président a pris la relève Joseph Janio par la suite. Six mois plus tard, ce dernier modifie les statuts de l'association et nomme un nouveau bureau, en toute illégalité selon l'ancien bureau, qui évoque de fausses signatures du nouveau bureau afin de remplacer tous les membres associatifs et avoir la gérance totale du Temple. 

L'ancien bureau associatif dénonce avant tout la mise à l'écart et l'oubli de Jacques Dagard, qui souhaite continuer à venir au Temple et apporter son aide, celui qui a officié pendant plus de 40 ans. Le nouveau bureau associatif a mis actuellement un nouvel officiant. L'ancienne équipe reproche au Temple l’incompétence totale du nouveau prêtre Yohan Mahalatchimy. Selon eux, celui-ci n'est pas capable d'officier et n'a aucune expérience dans le domaine. Les fidèles évoquent le fait que celui n'est en aucun cas douté de sagesse, ni tolérance pour exercer dans un temple historique et n'a suivi aucune formation. 

Des fidèles refusés d'accès et des conflits  

Au mois de décembre et janvier, les festivités pour la marche sur le feu prévu comme chaque année ont été annulées. La nouvelle présidence du temple a placé 8 gardes du corps devant l'entrée pour interdire à l'ancien bureau associatif l'accès. Les fidèles évoquent même le prix attrayant de 8 000 pour 6 gardes du corps. Les cérémonies ont été aussi bien annulé et les fidèles privée d'accès pour le Nouvel An le 14 avril dernier. 

Vendredi dernier, au cœur de la période de la déesse Mariamman, le temple de Stella devait débuter les festivités en l'honneur de la déesse. Les fidèles qui sont refusés d'accès, sont venue se tout de même pour rendre leurs promesses comme chaque année depuis le matin tôt. En début d'après-midi, où le comité actuel est arrivé, a décidé d'interdire c'est même fidèle de poser leurs padels dans le Kôvil. Le prêtre a retiré les padels et le Koumbum qu'il a jeté par terre sous l’œil avisé des divinités, qui a fait glissé celui-ci. Les fidèles nous ont expliqué que le fils du Président actuel aurait insulté grossièrement une fidèle et la tirer le bras, qui n'a pas accepté de tels propos pour sa propre dignité. Il aurait étais de même menacé avec un fusil par le président actuel. 

C'est alors que de vif échange et une bagarre éclatent même au sein du temple dû au comportement inapproprié du comité actuel selon eux. Une plainte a été déposé ce samedi matin par le groupe de fidèles.  

Pour les fidèles privées d'accès, leurs mécontentements ne viennent pas d'un combat familial, puisque le temple est avant tout un temple associatif qui devrait être libre d'accès. Les fidèles veulent seulement pouvoir avoir accès au temple associatif et faire leurs pénitences habituelles comme tous les ans dans leur Temple culte. Ils demandent par la même occasion la dissolution du bureau actuel. Selon eux, ils empêcheront tous festivités au temple, tant qu'ils n'y auront pas de changement et tant qu'ils seront interdits d'accès. 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.