Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

LA CHAPELLE SAINT-THOMAS DES INDIENS  €


Datant de la seconde moitié du XIXe siècle, la petite chapelle Saint-Thomas des Indiens, bien que méconnue au sein du patrimoine religieux de la ville de Saint-Denis, a pourtant participé pleinement à la vie urbaine et culturelle du chef-lieu. À l’époque, l’édifice avait pour fonction la catéchèse auprès des engagés indiens, sous la direction des jésuites. Ce patrimoine symbolise toute la stratégie de colonisation des âmes, qui est venue compléter celle des terres et des corps, à une époque où l’Église et l’État ne faisaient encore qu’un. Alors que l’association Reauvi (Association Réunion audio visuel) tente de mobiliser l’État et les collectivités pour réhabiliter ce site en lui donnant une fonction culturelle et inter-religieuse, les quelques rares témoins qui ont vécu autour de la chapelle Saint-Thomas des Indiens se souviennent de cette époque, de la rigueur du père Sébastien Ortschitt ou encore de ce jeune garde champêtre envoûté par le regard furtif d’une des religieuses cloîtrées, les Sœurs Réparatrices.

En vous abonnent aux contenus de notre site internet, vous contribuer à son développement et au paiement de ces factures. Votre abonnement contribuera à nous aider et soutenir notre équipe rédactionnelle. Nous vous proposons trois abonnements : mensuel, trimestriel et annuel via Paypal. D'autres méthodes de paiement viendront s'ajouter au fur et à mesure. Pour tous problèmes techniques, nous vous invitons à nous écrire à contact@malbar.fr
LA CHAPELLE SAINT-THOMAS DES INDIENS
Rédigé le Jeudi 7 Avril 2016

Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.