Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

CONCEPT DE RENAISSANCE DANS L'HINDOUISME



Le concept de renaissance dans l'hindouisme est connu sous le nom de punarbhava. Le terme punarbhava est une combinaison de deux mots, punah (encore) et bhava (naissance). Ce concept de mort et de renaissance est expliqué dans tous les grands systèmes de la philosophie hindoue. Selon les grandes écoles de pensée, cette conception est corollaire à la loi du karma.


La renaissance expliquée dans l'hindouisme

Une question fréquemment rencontrée est de savoir si l'homme existe après la mort ou non.
L'hindouisme croit fermement que l'atman dans le corps est immortel et qu'il ne périt jamais.
Mais de mort en mort, il voyage par la force de son propre karma, né de l'illusion.

L’atma est jeté d’une naissance à une autre et d’un état d’atma à un autre, comme la navette d’un tisserand se déplaçant sans arrêt.

Après la mort, seul le corps physique se désintègre, selon cette loi. Chaque individu individuel a un autre corps subtil, composé du sens et de l'esprit. Il survit à la mort et est porteur de caractère. Au moment de la mort, ce corps subtil, qui est le véhicule de l'esprit et du caractère, part et rassemble un nouveau corps. Il porte en fait le poids de toutes les actions, pensées et impressions constituant chaque vie. Ces impressions déterminent ses tendances à la naissance. Cette migration de soi dans une série de corps est appelée samsara ou bhavacakra. Cela continue jusqu'à ce que le cycle du karma soit rompu et que le soi atteigne la libération.

Karma et renaissance dans l'hindouisme

Selon la loi du karma, basée sur la loi universelle de causalité, chaque atma doit récolter les fruits de son action, bonne ou mauvaise, bonne ou mauvaise.

L'agent est responsable de ses propres bonnes ou mauvaises actions et de leurs conséquences.
Le résultat des actions d’une personne peut ne pas apparaître dans une seule vie. Afin de récolter le résultat des actions passées, il doit renaître. Ainsi, la doctrine du karma présuppose la renaissance ou la transmigration.

Chaque action ne produit pas immédiatement son résultat. La loi infaillible du karma prend son propre temps pour faire ressortir les fruits de l'action. Pour jouir des fruits de l'action, le soi prend une série de naissances jusqu'à ce que toutes les conséquences de toutes les actions soient épuisées et que la libération soit atteinte.

Si les hommes devaient n'avoir qu'une seule vie et que la logique de la loi fonctionne, il n'y aurait aucune justification morale pour les énormes disparités et les souffrances imméritées manifestement observées dans la société.
La différence de disposition constatée entre un individu et un autre, même à la naissance, doit être due à leurs pas karmas respectifs.

Les karmas passés impliquent des naissances passées.

Selon la loi du karma, qui fonctionne comme la loi de conservation de l'énergie, il n'y a pas de perte de l'effet du travail effectué et il n'y a pas d'événements pour une personne sauf en raison de son propre travail.

On constate que toutes nos actions ne portent pas de fruit dans la même vie. Par conséquent, il doit y avoir une autre naissance pour profiter ou subir les conséquences résiduelles des karmas. Ainsi, la mort du corps n'est pas une fin de vie. Pour expérimenter les fruits de ses propres actions, le moi transmigre vers un autre corps avec l'aide du corps subtil.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.



Suite à la recrudescence du Covid-19 à la Réunion, l'ensemble des festivités religieuses sont annulées par prudence. Nous n'avons malheureusement pas connaissance des festivités maintenue, par conséquent nous ne pouvons pas vous donner l'agenda.