Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion et dans le Monde

À NEW DELHI, LES TRANSPORTS EN COMMUN BIENTÔT GRATUITS POUR LES FEMMES



Pour améliorer la sécurité des habitantes, le gouvernement local va rendre gratuit l’accès aux transports publics pour les femmes. Une mesure coûteuse critiquée par l’opposition, qui y voit une manœuvre électoraliste.


La ville de New Delhi a décidé de faire un cadeau non négligeable à ses habitantes: la gratuité dans les transports publics. Dans un souci de sécurité, de lutte contre la pollution et d’accessibilité en termes financiers, d’ici deux ou trois mois le gouvernement local ne les fera plus payer aux femmes. Cette mesure devrait toucher environ 850.000 utilisatrices, selon les autorités. L’opposition considère toutefois cette mesure comme une stratégie électorale en vue des élections régionales qui se dérouleront dans six mois.

Ce n’est pas la première fois qu’en Inde les autorités tentent de venir en aide aux femmes victimes de harceleurs dans le bus et le métro. Des compartiments leur étant réservés ont déjà été instaurés en 2009 à Delhi et Bombay. Par ailleurs, le gouvernement de la capitale envisage de déployer 150.000 caméras cette année.

Cette nouvelle mesure viendrait également soulager le porte-monnaie de nombreuses familles, le budget transport pouvant représenter jusqu’à 10% du salaire mensuel. De nombreuses personnes s’étaient en effet résignées à se déplacer à pied après des hausses significatives des tarifs ces derniers mois. Certains tarifs avaient même doublé.

Mais une zone d’ombre plane sur cette future mesure: son coût estimé est estimé à l’équivalent de 102 millions d’euros par an. Afin de réduire l’impact financier, le gouvernement régional encourage les femmes plus aisées à continuer à acheter leurs tickets. L’opposition, elle, préférerait que cette somme soit dépensée pour le financement des bus, en sous-effectif dans la capitale.

En 2016, près de 40.000 agressions sexuelles ont été signalées en Inde. Cependant, ce nombre pourrait être bien plus élevé en raison du silence assourdissant qui entoure le sujet dans le pays.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.