Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion et dans le Monde

LE CYCLONE FANI A FRAPPÉ L'EST DE L'INDE



Un million d’habitants ont été évacués à l’approche du cyclone Fani qui a atteint les côtes du nord-est de l’Inde ce vendredi. Trois personnes ont été tuées d’après la chaîne de télévision indienne NDTV.


Le puissant cyclone Fani a atteint les côtes du nord-est de l’Inde ce vendredi à 8 heures locales. Des pluies torrentielles et des rafales de vent atteignant les 200 km/h ont touché les rivages de Puri, ville située dans l’État d’Odisha, au sud de Calcutta, a précisé le Département de météorologie nationale (IMD). Au moins deux personnes ont été tuées, a affirmé le responsable des opérations d’aide dans l’État de l’Odisha cité par l’AFP. «Un vieil homme dans un abri est mort en raison d’une crise cardiaque», a précisé Bishnupada Sethi. «Une autre personne est sortie dans la tempête malgré nos avertissements et est morte en raison de la chute d’un arbre». Plus tard dans l’après-midi, la chaîne de télévision indienne NDTV comptabilisait, elle, trois morts.

En prévention, les autorités indiennes avaient ordonné l’évacuation de plus d’un million de personnes de régions de l’est de l’Inde qui se trouvaient sur la trajectoire potentielle de la tempête. Des trains spéciaux ont été affrétés pour évacuer les touristes et des abris ouverts. D’après les prévisions, le cyclone a une intensité équivalente à celle d’un ouragan de catégorie 4 dans l’Atlantique. Il a gagné en puissance au-dessus des eaux du golfe du Bengale.

Les eaux pourraient monter d’un mètre et demi dans l’Odisha et ainsi inonder des zones basses, ont indiqué les services indiens de météorologie. C’est dans cette région que 10 000 personnes avaient été tuées par un cyclone en 1999. Les premiers dégâts ont déjà été constatés. À Bhubaneshwar, la capitale de l’État située à 60 km à l’intérieur des terres, des arbres et des poteaux électriques ont été arrachés. L’aéroport, les commerces et les écoles sont fermés. Électricité et eau ont été coupées et la mer du Bengale était déchaînée dans la matinée.

Concernant les transports, les principaux aéroports ont été fermés dans l’Odisha et le Bengale Occidental jusqu’à au moins samedi, et plus de 100 trains ont été annulés ces dernières 48 heures, a indiqué la compagnie ferroviaire Indian Railways. Trois trains spéciaux ont toutefois été prévus pour effectuer des travers vers Puri pour évacuer Pèlerins et touristes. Puri est en effet célèbre pour son temple de Shree Jagannath, l’un des plus sacrés de l’hindouisme. Des millions de pèlerins s’y pressent chaque année. Des centaines d’arbres déracinés, les stores des boutiques fermés, battue par les vents, Puri ressemblait à une ville fantôme a constaté l’AFP ce vendredi. Plus de 3.000 centres d’accueil ont été mis en place dans des écoles et bâtiments publics et les autorités se tiennent prêtes à larguer plus de 100.000 paquets de nourriture déshydratée si nécessaire.

Après l’État d’Odisha, le cyclone devrait suivre une trajectoire traversant des zones peuplées de plus de 100 millions d’habitants, selon les services indiens de météorologie. La dépression devrait passer par l’État du Bengale-Oriental avant d’atteindre le Bangladesh samedi tout en s’affaiblissant progressivement. Armée en état d’alerte, 19 districts côtiers évacués, 4000 abris anticycloniques ouverts ... Le gouvernement du Bangladesh se prépare également à accueillir l’ouragan et a également fermé les ports et suspendu les opérations de pêches. Le cyclone a toutefois commencé à faiblir d’après les services de météorologie.

Fani pourrait être le plus fort cyclone tropical dans la région depuis 2014, selon les autorités indiennes. L’est et le sud-est du pays sont régulièrement balayés par des tempêtes tropicales entre avril et décembre. 250 personnes avaient été tuées en 2017, au moment du passage du cyclone Ockhi dans le Tamil Nadu et le Kerala.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.