Il était une fois... Le Nargoulan


Devant chacune des chapelles tamoules de La Réunion, on peut voir un mât de navire. Au sommet se trouve une main tournée vers le ciel. Lors des cérémonies, on y installe un oriflamme à cinq, sept ou neuf couleurs. Les fidèles l’appellent "le dieu à la main", "le dieu du pavillon" ou encore "Le Nargoulan". C’est un dieu important pour les Tamouls de chez nous et lors de certaines cérémonies, l’on prie Nargoulan juste après le Dieu Ganesh.


Pourtant, pour les anciens et même pour les jeunes pratiquants, il s’agit d’un apport de l’islam à la religion tamoule.

On sacrifie généralement des boucs pour Nargoulan, mais que la mise à mort de l’animal ne se fait pas par décollement brusque comme pour les autres sacrifices, mais en frottant la lame du sabre sur le cou. De plus, on offre au dieu du briyani, considéré comme un mets typiquement zarab. Pour les cinq doigts, ils représenteraient les cinq piliers de l’islam : la foi, la prière, le jeûne, la charité et le pèlerinage à la Mecque.

Le point de vue de la tradition orale

Christian Barat (professeur à l'université de la Réunion) a beaucoup écouté nos compatriotes tamouls ; il a également pris note avec soins de leurs récits. C’est ainsi qu’il a noté les propos suivants de Daniel, prêtre à Villèle ; celui-ci dit en effet : « Ce sont les sikhs qui sont venus de l’Inde et sont arrivés à La Réunion. Ils étaient lascars et adoraient Allah. A bord du bateau sur lequel ils sont venus, se trouvait un homme appelé Nargoulan. Ils aimaient bien Nargoulan. Ils l’estimaient en tant que chef. Au moment où la femme de Nargoulan était sur le point d’accoucher, un violent cyclone a éclaté. Ils ont demandé à Dieu de les faire arriver à terre, de faire en sorte que Nargoulan vive parce que, s’il mourrait, il n’y aurait plus personne pour les diriger. Le bateau s’est écrasé, mais ils sont quand même arrivés à terre. La femme de Nargoulan a eu son enfant. Nargoulan est allé mettre un pavillon devant la mosquée parce qu’il n’y avait pas de sikh dans l’île. Les musulmans ont refusé parce que ce n’est pas écrit dans le coran, vous comprenez. Ils sont donc venus le planter devant la pagode malbar parce que les malbars recevaient tout le monde, "ramassaient" tout le monde pour les amener dans leur religion. Ainsi, les malbars se mirent également à prier Allah. Nargoulan planta un mât comme celui de son bateau. Il mit le même drapeau avec les cinq doigts d’Allah. Il sacrifia des boucs. Actuellement, nous sacrifions des boucs et nous faisons du briyani, que nous offrons à Nargoulan ».

La tradition n’explique pas tout

En effet, le" dieu pavillon" n’est pas présent que chez nous : on le trouve aussi à Maurice et dans toutes les régions où il y a eu des engagés de l’Inde du Sud : qu’on l’appelle, Nargoulan, Nagoura ou Nagoulmila, il s’agit bien de la même entité. Il y a bien une explication commune à la présence du dieu pavillon dans des pays différents. On notera tout d’abord que les brahmanes condamnaient les voyages en mer donc que les Indiens du sud ne pouvaient voyager qu’en transgressant la loi divine. Il faut savoir encore que le Nagour Mira serait un mausolée situé non loin de Karikal, haut lieu de pèlerinage pour les musulmans ainsi que pour les hindous et parmi eux les pêcheurs et les marins. Enfin, les lascars composaient les équipages de bateaux transportant les engagés. De là, il est plausible de penser que les voyageurs, ne pouvant invoquer leurs propres dieux, ont adressé leurs promesses au dieu des équipages "le Nagour Mira" et qu’en remerciement, les migrants aient installé un "dieu pavillon" devant la chapelle.On peut aussi penser que cette habitude s’est généralisée à l’ensemble des chapelles.

Le Dieu invité, image de notre peuple métissé

Comment cela s’est passé, à quelle époque exactement ? Il n’y a pas de document historique pour le déterminer. Mais, l’essentiel n’est-il pas, après tout, que nos compatriotes tamouls aient choisi d’accueillir dans leurs lieux de culte, un dieu venu des lascars musulmans comme certains fidèles ont choisi également d’accueillir des saints et saintes de la religion catholique. Belle image d’un peuple ouvert né du métissage, zarboutan nout kultur.

Lavé in foi.. Nargoulan ( version kréol)

Dann la kour la shapèl tamoul nana konm k’i diré in ma bato-a-voil avèk par an-o, in min, déviré dann syèl. Kank nana la fète i mète in paviyon, sink , sansa sèt, sinon nèf koulèr. Bann pratikan i apèl sa "Bon dié la min","Bondié Pavillon"...I di sa ossi Nargoulan. Sa lé inportan pou bann fidèl .Dann déssèrtin sérémoni, i sava prièr ali près an promié, zis apré Ganesh . Poitan, si ou i koz avèk bann z’ansien, bann moun i koné la tradision, mèm bann zèn i suiv la rolizion, va di aou sa bann mizilman la améné..

Christian Barat, in proféssèr l’Inivèrsité la travay in bon pé déssi bann késtion-la i romark : nana Nargoulan dovan tout shapèl, gran konm pti, shapèl la sosiété konm sak la famiy. Dovan Bondié-la i tié bann bouk, solman i fé pa sote la tète in sèl kou konm dann sérémoni pou Karly épi d’ot Bondié. Dovan Nargoulan, i frot lam lo sab déssi lo kou lo bouk. Aprésa, i romèrsié lo bondié an donan ali bryani, in manzé zarab.... Pou lo sink doi, na demoun i di sa lo sink pilié l’Islam : la foi, la priyèr, lo karème, la sharité, épi lo pélrinaz La Mecque.

Kossa la tradision i di :

Pou bann zansien, Nargoulan sa in bondié bann zarab l’améné. Akout solman sak Daniel, in prèt dann kan Villele i anpans : "Sa bann sikh. Zot la sort la-ba dann l’Inn, zot lariv La Rénion.Zot lété laskar, té i priyèr Allah. Mé kan zot i vien a bor, lavé in moun i apèl Nargoulan ; zot téi éstime Nargoulan konm z’ot sèf. In moman doné, madam Nargoulan té pa loin gingn zanfan ; koud van téi pète. Zot la di Bondié, fé ariv azot a tèr, fé moiyin Nargoulan i viv,akoz si li mor, zot nora pi pèrsone pou diriz azot ....Lo bato la ékrazé, mé li la niabou ariv atèr.Son madam la gingn zanfan. Nargoulan la parti mète in paviyon dovan devan tanp mizilman.. mé mizilan la rofiz azot.Zot i konpran la poin sa dann koran. Zot la armète sa dovan la sapèl malbar pars malbar i rosoi toulmoun. sa fé k’malbar la priyèr Allah ossi"... Déssi la késtion bann sink doi, solon la tradision, bondié bann laskar la kit la tèr, la monte dann syèl épi son min la frap déssi la toil an passan. Ala pou kossa, koméla, nana la min déssi paviyon Nargoulan.
Pou konplète in pé la tradision.

Pou komansé, in sinp romark:Bondié Pavillon, sa napoin arienk La Rénion.I trouv sa Maurice épi dann tout péi bann zangazé la sort l’Inn la parti pou travay. I di li port plizièr nom suivan landroi : Nargoulan, La Rénion,Nargoumila, la Martinique, épi ankor Nagoura.....Sof lo nom li port, li nana mèm lorizine ; Pou moin i doi an avoir in léksplikasion valab pou tout landroi..

Na in pé i fé pou romark, bann bramane téi vé pa bann z’indou téi sava déssi la mèr po voiyazé akoz la mer, solon zot, sa lé impir, épi ou lé riskab manz ninport de koué, pétète ossi amèn la movèz vi. Donkalor bann z’indou, kan zot téi sava dan la mèr, zot i dézobéi bann doktèr la loi, bann bramane. sa i ésplik pou kossa zot na pèr kan la mèr lé an kolèr..

I di ossi, dann péi Tamilnadu, pa tro loin la vil Karikal, nana in moniman oussa bann mizilman i sava an pélrinaz, mé la pa arienk bann mizilman i sava la-ba, bann z’indou ossi, épi bann marin é bann péshèr : moniman-la demoun i di ali Nagou Mira. Sa in bondié adopté par bann marin déssi bato akoz lékipaz lété Laskar..

Alors kan nana mové mèr, kan tout lobann voiyazèr la pè, zotr i mète a fé la priyèr, fé promès tousala... zot i pé pa priyèr bann Bondié zot rolizion vik zot la dézobéi, i rès azot pou priyèr Nagour Mira. an plis sé lo bondié lo shèf Bato ; i tonm bien.

Kan zot i ariv a tèr, kan zot i fé in shapèl, zot i monte in ma an promié : sa mèm zot Bondié Pavillon, la sokour azot dann la tanpète. Samèm zot Nargoulan, zot Nargoumila, sansa zot Nagoura...
In bondié invité.

Kansa, koman sa la éspasé ?I koné pa, vik na poin zarshiv.Sa la pa lo pli inportan ! Lo pli inportan sé nout bann konpatriot tamoul, la rosovoir dann zot rlizion in dié bann laskar mizilman la améné, konm in pé kroyan la adop bann Saint éppi bann Sainte la roizion katolik ;Konm in gayar limaz nout pèp rénioné, kèr rouvèr, kèr klèr, in pèp né dann métissaz-zarboutan nout kiltir.




1.Posté par Thierry le 15/11/2016 17:12
Codi maram plutôt

2.Posté par jean bobe le 05/04/2018 08:13
l:f,fjcgvcfkgld:;n;kdx;fnldx;fuyèsgrkfosxbZS/*R8SE-9*JT78SE6JZS+4EAQ9

3.Posté par jean rudingue le 05/04/2018 08:16
ujrtkjuiluoip:rtmg^$: uj,um!p^mj^85398hg

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Mars 2019 - 06:42 DES CHOSES QUI ÉLOIGNENT LE MAUVAIS ŒIL




VOS MOMENTS UNIQUES !