Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

INDE : UN SALON DE COIFFURE CONDAMNÉ Â VERSER PLUS DE 230.000 EUROS POUR UNE COUPE RATÉE



En se rendant dans ce salon de New Delhi, Aashna Roy, une mannequin, ne s’imaginait pas ressortir avec cette coupe


Elle a du mal à s’y f’hair. Un tribunal indien a condamné un salon de coiffure à verser plus de 231.000 euros de dommages et intérêts à une mannequin pour une coupe de cheveux bâclée qui a, selon elle, provoqué une « grave dépression nerveuse ».

Aashna Roy s’est rendue dans le salon de coiffure d’un hôtel haut de gamme de New Delhi en 2018 et a demandé au personnel une coupe classique de dix centimètres en partant des pointes, selon un jugement du tribunal des consommateurs de la ville. « Cependant, au grand choc et à la surprise de la plaignante (Aashna Roy), la coiffeuse a coupé l’ensemble de la chevelure, ne laissant que 10 cm et touchant à peine ses épaules », indique le jugement.

« Une grave dépression nerveuse et un traumatisme »

Le tribunal a déterminé qu’étant donné que Mme Roy avait fait carrière comme mannequin en posant pour des publicités pour produits capillaires, la coupe de cheveux bâclée avait entraîné « une grave dépression nerveuse et un traumatisme ».

« Il ne fait aucun doute que les femmes sont très prudentes et attentives en ce qui concerne leurs cheveux », ajoute la décision. « Elles dépensent des sommes considérables pour les maintenir en bon état. Elles sont aussi émotionnellement attachées à leurs cheveux », indique le jugement.

« Brisé son rêve »

« Elle a perdu des contrats et a subi une perte énorme qui a complètement changé son style de vie et a brisé son rêve de devenir un top-modèle », a-t-il ajouté.

Le tribunal a condamné le salon, qui peut encore faire appel, à payer 20 millions de roupies dans les huit semaines suivant l’ordonnance, soit plus de 230.000 euros.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.