Non-violence (Ahimsa) et Upanishad



Voici une liste non-exhaustive des Upanishad enseignant la Non-violence (Ahimsâ), d'après l'ouvrage 108 Upanishads, traduit par Martine Buttex, aux éditions Dervy :



Narada Parivrajaka Upanishad :



III-41 : Celui qui reste indifférent aux insultes reçues s'endort paisiblement, se réveille de bonne humeur et va son chemin dans le monde avec sérénité, tandis que celui qui l'a insulté va vers la souffrance.



III-42 : On doit supporter avec patience le langage insultant d'autrui et soi-même ne jamais insulter quiconque ; étant soi-même lié à son corps physique, on doit s'abstenir de toute inimité envers n'importe quelle créature.



III-43 : On ne rendra pas colère pour colère ; en cas d'insulte, on doit demeurer conciliant pour sauvegarder le bien-être de tous ; on s'interdira de prononcer une parole fausse, car elle nourrirait en autrui les désirs qui entrent par les neuf portes.



(...)



III-45 : Il devient apte à l'immortalité pour avoir maîtrisé ses sens, s'être détaché des sentiments d'attachement et de haine, et s'être abstenu de la moindre violence à l'égard des êtres vivants.



(...)



Instruction IV : (...) Que je n'inspire aucune crainte à aucun être !



(...)



V-54-55 : Méprisé, insulté, trompé, envié, battu, arrêté sur sa route, souffrant du refus de nourriture de la part des méchants, assailli d'excréments ou aspergé d'urine par les ignorants, ou secoué brutalement, l'ascète qui est en butte à de telles épreuves alors qu'il ne désire que le bien des êtres, s'élèvera au-dessus des circonstances à la force de l'Atman.



V-56 : Recevoir des hommages amoindrirait fortement l'intégrité de son ascèse, tandis que le mépris reçu des ignorants lui assure le succès dans sa pratique du yoga, cette épreuve contribuant à la perte de son sens de l'ego.



(...)



VI-39 : L'ascète doit abandonner tous les devoirs du monde, et tous les actes inspirés par la coutume populaire, en tout domaine. Le sage, le yogi, dont l'esprit est consacré aux vérités les plus hautes, ne devra pas tuer d'insectes, ni de vers, ni de papillons, ni abîmer d'arbres.



Satyayaniya Upanishad :



23 : (...) Devant toute personne qui n'est pas son égale ou qui lui est inférieure, il ne doit avoir aucun mouvement de recul, il ne doit considérer aucun être vivant comme différent de lui-même.



Amrita Bindu Upanishad :



22 : Vasudeva, Celui qui demeure en tous les êtres, qui est le support de tous les êtres, qui vit en tous et protège tous les êtres, c'est moi-même. Oui, je suis Vasudeva.



Jabala Darshana Upanishad :



Sous l'inspiration de la bienveillance (kshama), l'homme se comporte envers toutes les créatures animées, que ce soit en pensée, en parole ou en acte, de la même façon qu'il aimerait qu'on se comporte envers lui ; si on y ajoute un mental voué au service de l'humanité au meilleur de ses capacités, on parvient à cette bienveillance dont les connaisseurs des Védas confirment l'importance.



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 2 Juillet 2017 - 10:43 Un autre regard sur l'Hindouisme

Lundi 3 Avril 2017 - 19:06 Le poème des Upanishad

Dimanche 26 Février 2017 - 15:06 Retrait appel à témoins




VOS MOMENTS UNIQUES !