Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

LE TEMPLE DU FRONT DE MER DE STE-SUZANNE DE NOUVEAU VANDALISÉ



Ce Lundi 02 Novembre, c'est une nouvelle fois avec grand désarroi que les propriétaires du Temple Familial Mounigan à Sainte-Suzanne ont retrouvé leur Kôvil vandalisé. C'est un nouveau coup après 2016.


NOVEMBRE 2020

ZOOM SUR LE KÔVIL 

Le petit temple actuellement présidé par M. Vel Mounigan et situé en bordure de mer à Ste-Suzanne, a un emplacement plutôt inhabituel car totalement retiré et bien loin de toute habitation. On y accède par un chemin cahoteux qui traverse des champs de cannes, puis on rejoint une allée bitumée bordée de fleurs qui descend vers la mer. Les couleurs vives du petit lieu de culte peint en rouge et jaune apparaissent alors en contrebas, se détachant parfaitement du vert tendre de la falaise à laquelle il est adossé et du bleu profond de la mer qui s’étend à ses pieds.

TEMPLE DU FRONT MER DE SAINTE-SUZANNE 

Les divinités du panthéon populaire y sont disposées sur un grand socle carrelé, face à la mer, se dressant avec leurs innombrables bras dans des habits étincelants, recouverts d’une multitude de colliers de fleurs jaunes, blanches ou rouges. Dans un murmure incessant, la mer toute proche pousse inlassablement ses vagues vers le rivage, portant leurs franges d’écume blanche à quelques mètres seulement du mât dressé devant l’édifice. Le spectacle en ce lieu retiré est absolument saisissant et inattendu.

DE LA PLANTATION AU FRONT DE MER

À l’origine, ce petit temple dédié à la déesse Kâli était situé sur la propriété sucrière du << Bel Air » appartenant à M. Payet et était alors fréquenté par les engagés indiens qui y travaillaient. Par la suite, vers la fin du XIX" siècle, le petit lieu de culte fut fermé sous la pression du prêtre catholique de la paroisse qui y voyait sans doute une concurrence intolérable. C’était à l’époque M. Antoine Paquiry, engagé de son état et grand-père maternel de l’actuel président, qui avait la charge du temple. Il décida alors du transfert de sa divinité vers le Front de mer, l’actuel emplacement, un lieu certes difficile d’accès mais jouissant en revanche d’une excellente protection de la falaise et des bonnes vibrations de la mer toute proche. On construisit donc une modeste paillote faite de feuilles de cocotiers et on y installa l’effigie en bois de la déesse ainsi que des galets de forme allongée représentant les divinités Mardévirin et Minisprin.

À la mort de son grand-père vers 1930, c’est le grand-père de M. Mounigan qui prend la succession. Avec l’aide de son oncle maternel, M. Francis Paquiry, il entreprend, en 1963, la construction en dur d’un nouveau lieu de culte qui ne sera terminé qu’en 1967 en raison des difficultés d’accès. Il seconde alors son père à la direction du temple puis prend lui-même la présidence en 1976 et construit un petit bâtiment annexe où seront installées les divinités Mariammen, Pandiali et Ganesh, ainsi qu'un hangar servant de réfectoire. Le petit temple familial se mue alors en association cultuelle pour diversifier ses activités et mieux s’ouvrir sur son environnement géographique et humain.

VIE DU TEMPLE

Comme dans tous ces petits temples où se côtoient une multitude de divinités, le temple du Front de mer ne manque pas d’activités tout au long de l’année. Les dimanches s’y déroulent une cérémonie générale dédiée à toutes les divinités et au terme de laquelle un repas végétarien est servi. La fête dédiée à Mariammen est généralement célébrée durant la première semaine de mai (mois tamoul Sittirai). La cérémonie dédiée au Gourou et à Pétiaye en juin et celle à Govinden le premier dimanche du mois d’octobre (mois tamoul Pourattâsi). La déesse Kâli est vénérée pour sa part durant la deuxième semaine du mois de novembre. Cette célébration constitue l’un des cultes les plus importants rendus dans ce temple, l’autre étant la grande cérémonie de la marche sur le feu qui se déroule chaque année en décembre. Par ailleurs, ce petit lieu de culte qui semble sommeiller au bord de l’océan, bercé par la brise marine et le frémissement des vagues, est un lieu propice à la méditation.
Seule une haie clairsemée, formée de cocotiers et de jeunes bananiers, le sépare de l’océan et le fait qu’il n’ait jamais eu à subir à aucun moment l’assaut destructeur des vagues atteste, nous confie M. Mounigan, que ce lieu est éminemment sacré et témoigne de la présence divine qui s’est manifestée à maintes reprises par la remonté des eaux. Un long bruissement d’écume blanche vient faire écho à ces paroles pleines de mystères.

TRADITIONS VIVANTES

M. Vel Mounigan se félicite de la cohésion et de la bonne entente qui existe au sein de l’équipe dirigeante. Pour satisfaire une demande de plus en plus grande, il envisage l’ouver- ture pour bientôt d’une école pour l’enseignement de la langue tamoule, dispensé par une personne qualifiée, d’origine mauricienne ou indienne. S’il n’est pas foncièrement hostile aux nouvelles orientations culturelles ou cultuelles, il tient avant tout à faire vivre toutes les traditions transmises par nos ancêtres et les garder intactes. Il a conscience que ce temple jouit d’une quiétude exceptionnelle et d’un emplacement privilégié. C’est cette singularité et cette authenticité qu’il entend préserver et ne veut pas tomber dans la vague actuelle des reconstructions effectuées par des artisans et sculpteurs venus de l’Inde. Il dit que nos traditions ont traversé les âges, voire les océans pour atteindre nos rivages et méritent, à ce titre, le plus grand respect. Dans ce petit temple du bord de mer, coincé entre une falaise abrupte et l’étendue marine, une autre image de l’infini divin, chaque rite, chaque geste sont répétés encore et encore depuis plus d’un siècle, pour perpétuer ces traditions dont l’origine se perd dans la nuit des temps, et qu’on dirait même hors de l’espace et du temps, illustrant si bien ce vers du poète : « La mer, la mer, toujours recommencée. ».

LE TEMPLE SACCAGÉ EN 2014

Terrible découverte le vendredi 31 octobre 2014 pour le président du temple de Bel-Air à Sainte-Suzanne Vel Mounigan. Durant la nuit, cette chapelle a été vandalisée et plusieurs statuettes ont été détruites. Selon lui, les dégâts se chiffrent à hauteur de 15 000 euros.

C’est avec stupéfaction que le président du Temple de Bel Air a découvert l’ampleur des dégâts ce vendredi matin. 

"Je suis arrivé avec un peintre vers 8 heures et j’ai découvert les statues vandalisées "explique Vel Mounigan, le président de ce Temple. 

Situé sur le front de mer de Sainte-Suzanne, le temple de Bel Air a été vandalisé durant la nuit et ce matin, les responsables ne peuvent que constater les dégradations qui se chiffrent à plusieurs milliers d’euros.

Ces actes de vandalisme ont été commis à quelques jours seulement de la cérémonie en l’honneur de la déesse Karli, prévue le 9 novembre 2014. Et c’est d’ailleurs pour cela que le président Vel Mounigan était accompagné d’un peintre ce matin lorsqu’il a découvert les statuettes des divinités totalement méconnaissables. 

Certaines divinités ont été défigurées, d’autres amputées d’un ou de plusieurs bras... Pour Vel Mounigan, ces actes de vandalisme sont particulièrement traumatisants. 

Il faut savoir qu’une statuette coûte environ 2000 euros. Au total, ces dégâts représentent un coût de plus de 15 000 euros, toujours selon Vel Mounigan. Les forces de l’ordre ont été alertées. 

TEMPLE DU FRONT MER DE SAINTE-SUZANNE 

Les travaux ont été Réalisé gracieusement par Manuel dit Sa Le Dos son épouse chez Mr Vel Mounigan propriétaire du temple de la chapelle front mer st Suzanne.

2016 : TEMPLE VANDALISÉ À STE-SUZANNE : UN SUSPECT INTERPELLÉ


Grâce aux caméras de vidéosurveillance placées devant la chapelle tamoule du front de mer de Sainte-Suzanne, un homme a été interpellé. Il avait sur lui les yeux en or des divinités indiennes qu’il avait volé.

Temple vandalisé à Ste-Suzanne : un suspect interpellé
L’homme au chapeau a été interpellé cet après-midi dans un centre commercial de Sainte-Clotilde. Suspecté d’avoir vandalisé le temple tamoul du fonrt de mer de Sainte-Suzanne, il a pu être identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance. 

Lors de son arrestation, il avait encore des objets dérobés sur lui dont les yeux en or des divinités qu’il avait volé.

L’homme, un dionysien de 56 ans, a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Sainte-Suzanne. Le suspect n’a pas encore été entendu par les forces de l’ordre. Les enquêteurs cherchent à savoir s’il est à l’origine d’autres vols et dégradations provoqués dans cette même chapelle en 2015 et 2014. Une perquisition est prévue à son domicile pour tenter de retrouver d’autres objets volés.

Situé sur le front de mer de Sainte-Suzanne, ce temple a été vandalisé durant la nuit de mercredi à jeudi. C’est avec stupéfaction que le lendemain, les responsables du Temple du Front de mer à Sainte-Suzanne ont découvert de nouveaux actes de vandalisme commis dans l’enceinte de ce lieu sacré.

Certaines divinités ont été défigurées et les "yeux ont été volés". Ces actes de vandalisme sont particulièrement traumatisants. Il faut savoir qu’une statuette coûte environ 2000 euros.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.



Suite à la recrudescence du Covid-19 à la Réunion, l'ensemble des festivités religieuses sont annulées par prudence. Nous n'avons malheureusement pas connaissance des festivités maintenue, par conséquent nous ne pouvons pas vous donner l'agenda.