Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion

INDE : À NEW-DELHI, DES ÉCOLES DE FORTUNE S'IMPROVISENT SOUS LES PONTS



Depuis des mois, les écoliers indiens doivent suivre leurs cours en ligne, mais beaucoup d’entre eux ne peuvent y accéder, en raison de la fracture numérique. À New Delhi, des citoyens se mobilisent pour assurer un service minimum. Au bord de la rivière Yamuna, dans les faubourgs de la capitale indienne New Delhi, l’école qui accueille le jeune Gautam n’a pas de mur, et son unique plafond est une bretelle d’autoroute. Pourtant, il sort de son cours d’anglais avec enthousiasme. Quand je serai grand, je veux devenir policier, pour pouvoir intégrer l’armée et être Premier ministre ! ​, proclame ce garçon de 6 ans.


Avec 300 autres enfants, Gautam suit les cours de la Free School Under The Bridge, assurés par des bénévoles.

Des kilomètres de marche pour aller à l’école

Ouverte il y a quatre ans, elle dispense des cours primaires gratuits aux enfants du coin.  Ici vivent surtout des agriculteurs pauvres et il faut marcher des kilomètres pour trouver une école ​, souligne Kuldeep Maurya. À même pas 18 ans, il y consacre une partie de son temps comme professeur.

En mars, le Covid-19 a entraîné la fermeture de tous les établissements publics en Inde. Début février, les écoles de Delhi ont été autorisées à reprendre le matin.  Mais, dans les faits, peu ont rouvert dans les quartiers pauvres​, explique Kuldeep Maurya. De toute façon, nous avions relancé les cours dès septembre pour lutter contre le décrochage scolaire des gamins du coin ».

Peu d’accès à Internet

Des leçons en ligne sont en principe prévues en Inde depuis le confinement. Mais, selon la Banque mondiale, seuls 34 % des foyers indiens sont connectés à Internet. Pire, ces statistiques reposent sur la pénétration des smartphones parmi la population. Or ceux-ci peuvent difficilement servir de support éducatif.

 Ces enfants ont dû déjà du mal à se concentrer en temps normal, alors imaginez sur un petit écran avec un mauvais son​, témoigne Veena Gupta, une retraitée bénévole. De plus durant la journée, les parents prennent leur téléphone lorsqu’ils vont travailler. 

À quelques kilomètres, elle et son mari donnent bénévolement des cours de niveau primaire, à même le trottoir. Ce jour-là, c’est mathématiques.  Nous avons commencé en mai. Durant l’été, il a fait très chaud, c’était difficile. Mais ces petits ne peuvent compter que sur nous pour étudier un minimum ».

Les conséquences catastrophiques du Covid sur l’éducation

Ces initiatives solidaires ne sont malheureusement pas de taille à faire face à la longue fermeture des écoles en Inde. Dans ce pays à la démographie si jeune, les conséquences de la pandémie sont dramatiques. Selon l’étude annuelle sur le statut de l’éducation, le nombre d’enfants de 6 à 10 ans non-inscrits dans une école est passé de 2 à 5 % depuis le début de la crise sanitaire.

Ces chiffres ne sont sans doute que la partie émergée de l’iceberg. Selon une autre étude gouvernementale baptisée « Indicateurs clés des ménages sur l’éducation » en 2018, seuls 8 % des foyers comprenant un jeune avaient accès à une connexion internet, l’électricité et un ordinateur. Cela fait donc presque un an qu’une grande partie des enfants Indiens sont dans les faits privés de cours. L’éducation est pourtant la seule chance de notre jeunesse ​, se désole Veena Gupta.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.




Suite aux mesures sanitaires, une majorité des festivités prévues sont annulées ou restreintes. Par conséquence, nous ne pouvons pas vous donner les dates et lieux des festivités. Nous tâcherons cependant de vous indiquer les grandes fêtes.