Malbar.fr : N°1 de l'Hindouisme à l'Île de la Réunion et dans le Monde

HISTOIRE DE L'ORIGINE DE L'AIL DANS L'HINDOUISME



L'ail (Lasun, Belulli, Veluthulli, Rasuna, Vellay Poondoo et Tallagadda) est un ingrédient important dans de nombreux plats préparés par les hindous. L'histoire de l'origine de l'ail dans la religion hindoue est associée à Samudra Manthan ou au retournement de l'épisode océanique.


La légende raconte qu'un combat s'ensuivit entre Asuras (démons) et Devas (demi-dieux) à propos de l'Amrut (élixir) obtenu grâce à Samudra Manthan ou au brassage de l'océan. Les deux ont commencé à tirer le pot d'Amrut. Des gouttes d'Amrit ont commencé à tomber du pot à cause de l'arrachage. La croyance est que l'ail est apparu des gouttes d'Amrit qui sont tombées sur le sol.

On pense que l'ail a le pouvoir d'atténuer l'intoxication alimentaire. Cela aide aussi à bien digérer.

Antiseptique, anti-inflammatoire, anticholestérol, antioxydant, antiallergique et même... aphrodisiaque  : l'ail aurait de nombreuses vertus. Utilisé voici plus de 5.000 ans dans les steppes d'Asie centrale, l'ail servait d'antipoison dans la Rome antique. Depuis, son succès ne s'est jamais démenti.

Les multiples bienfaits de l’ail

Grâce à ses acides phénoliques, l'ail agit comme un antiseptique puissant du système digestif et de l'appareil respiratoire. Son effet fluidifiant sur le sang, sa capacité à dissoudre les petits caillots freineraient l'évolution de l'athérosclérose. Par ailleurs, ses principes actifs soufrés dilateraient les artères coronaires, contribuant à prévenir l'angine de poitrine.

Consommé régulièrement, il aiderait à prévenir le cancer de l’estomac, du côlon et du rectum et serait efficace contre les vers intestinaux. Il aiderait également à la digestion, en favorisant le développement de la flore intestinale, grâce à l'inuline, probiotique qu'il contient naturellement.

À tous ces avantages, il faut rajouter son effet préventif et thérapeutique contre le rhume, son contenu en vitamines A, B, C et E, ou la présence d'allicine, molécule antibiotique. Naturellement (mais est-il utile de le préciser ?), il ferait fuir les vampires !

Point trop n’en faut, sinon l’ail, ça fait mal

Attention néanmoins aux excès. Consommé en trop grandes quantités, l'ail peut entraîner des brûlures gastriques. Même en applications locales, le « remède » n'est pas anodin et peut provoquer des nécroses localisées de la peau. Il ne faut donc pas abuser de l'ail. Par ailleurs, gare à ses effets « tue-l'amour » sur l'haleine !



Nouveau commentaire :

Règles communautaires Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.